L'Association - The association - La Asociación

Objet

Le Réseau International de Sociologie Clinique vise à favoriser le développement de la sociologie clinique dans tous les domaines, recherche, intervention, formation, publication, en multipliant les rapports entre chercheurs, étudiants et praticiens, ainsi que les contacts avec d’autres approches.

Créé en 2014 en tant qu’association à but non lucratif de droit français (loi de 1901), dont le siège est actuellement établi à Paris (France), le RISC rassemble des sociologues et d’autres spécialistes en sciences humaines et sociales (chercheurs et/ou praticiens) donnant une orientation de sociologie clinique à leurs travaux. Il représente et promeut la sociologie clinique dans les différents pays au sein des institutions, des organisations nationales et internationales.

Équipe

Conseil d’administration

Vincent de GAULEJAC, Président
Fabienne HANIQUE, Vice-Présidente
Jean-Philippe BOUILLOUD, Vice-Président
Bénédicte ATTEN, Trésorière
Pascal FUGIER, Secrétaire
Christophe NIEWIADOMSKI, Secrétaire adjoint
René BADACHE, Trésorier adjoint

Conseil d’orientation

Gilles ARNAUD
Bénédicte ATTEN
Nicole AUBERT
René BADACHE
Jean-Philippe BOUILLOUD
John CULTIAUX
Marie-Anne DUJARIER
Pascal FUGIER
Vincent de GAULEJAC
Christiane GIRARD
Florence GIUST-DESPRAIRIES
Patricia GUERRERO
Josette HALEGOI
Fabienne HANIQUE
Christophe NIEWIADOMSKI
Jacques RHEAUME
Pierre ROCHE
Elvia TARACENA
Agnès VANDEVELDE-ROUGALE

Membres d’honneur

Jacqueline BARUS-MICHEL
Eugène ENRIQUEZ
Jean-Marie LE VEN
Max PAGES
Robert SEVIGNY

Correspondants internationaux

Véronique ALBERT (BELGIQUE)
Anamaria ARAUJO FELICE (URUGUAY)
Vanessa ANDRADE BARROS (BRÉSIL)
Teresa Cristina CARRETEIRO (BRÉSIL)
Ana CORREA (ARGENTINE)
Massimo CORSALE (ITALIE)
Marcela DE GRANDE (ARGENTINE)
Fernando DE YZAGUIRRE (ESPAGNE)
François DELFORGE (BELGIQUE)
Nourredine DERKAOUI (ALGÉRIE)
Marie-Chantal DOUCET (CANADA)
José Newton GARCIA ARAÚJO (BRÉSIL)
Fernando GASTAL DE CASTRO (BRÉSIL)
Christiane GIRARD (BRÉSIL)
Patricia GUERRERO (CHILI)
Sophie HAMISULTANE (CANADA)
Nicole HENNUM (NORVÈGE)
Iclal INCIOGLU (TURQUIE)
Pedro ISAAC SILVA (BRÉSIL)
Lenz JEAN FRANÇOIS(HAITI)
Rose-Myrlie JOSEPH (HAITI)
Diane LAROCHE (CANADA)
Isabelle Marie SEURET (BELGIQUE)
Ana de Santa Cecilia MASSA (BRÉSIL)
Igor MASSALKOV (RUSSIE)
Lucie MERCIER (CANADA)
Klimis NAVRIDIS (GRÈCE)
Christophe PITTET (SUISSE ROMANDE)
Jacques RHÉAUME (CANADA)
Vera ROESLER (BRÉSIL)
Daniela SHARIM (CHILI)
Abderahmane SI MOUSSI (ALGÉRIE)
Norma TAKEUTI (BRÉSIL)
Elvia TARACENA (MEXIQUE)

Correspondants régionaux (FRANCE)

Annie BACQUET (NORD)
Catherine BESSE (ILE DE FRANCE)
Christophe NIEWIADOMSKI (NORD)
Claude COQUELLE (OUEST)
Fabienne HANIQUE (ILE DE FRANCE)
GILLES HERREROS (RHÔNE ALPES)
Anne HÉLIAS (OUEST)
Pierre ROCHE (SUD EST)
Lise POIRIER (ILE DE FRANCE)
Muriel VERDIER (SUD EST)
Josette HALEGOI (ILE DE FRANCE)

Adhésion

bulletin_adhesion_RISC

RIB_RISC

Purpose

The translation will soon be available…
Thank you for your understanding.

Team

Governing Body

Vincent de GAULEJAC, Chairman
Fabienne HANIQUE, Deputy chairwoman
Jean-Philippe BOUILLOUD, Deputy chairman
Bénédicte ATTEN, Treasurer
Pascal FUGIER, Secretary
Christophe NIEWIADOMSKI, Deputy secretary
René BADACHE, Deputy treasurer

Counselling board

Gilles ARNAUD
Bénédicte ATTEN
Nicole AUBERT
René BADACHE
Jean-Philippe BOUILLOUD
John CULTIAUX
Marie-Anne DUJARIER
Pascal FUGIER
Vincent de GAULEJAC
Christiane GIRARD
Florence GIUST-DESPRAIRIES
Patricia GUERRERO
Josette HALEGOI
Fabienne HANIQUE
Christophe NIEWIADOMSKI
Jacques RHEAUME
Pierre ROCHE
Elvia TARACENA
Agnès VANDEVELDE-ROUGALE

Honorary Members

Jacqueline BARUS-MICHEL
Eugène ENRIQUEZ
Jean-Marie LE VEN
Max PAGES
Robert SEVIGNY

International correspondants

Véronique ALBERT (BELGIUM)
Anamaria ARAUJO FELICE (URUGUAY)
Vanessa ANDRADE BARROS (BRAZIL)
Teresa Cristina CARRETEIRO (BRAZIL)
Ana CORREA (ARGENTINA)
Massimo CORSALE (ITALIA)
Marcela DE GRANDE (ARGENTINA)
Fernando DE YZAGUIRRE (SPAIN)
François DELFORGE (BELGIUM)
Nourredine DERKAOUI (ALGERIA)
Marie-Chantal DOUCET (CANADA)
José Newton GARCIA ARAÚJO (BRAZIL)
Fernando GASTAL DE CASTRO (BRAZIL)
Christiane GIRARD (BRAZIL)
Patricia GUERRERO (CHILE)
Sophie HAMISULTANE (CANADA)
Nicole HENNUM (NORWAY)
Iclal INCIOGLU (TURKEY)
Pedro ISAAC SILVA (BRAZIL)
Lenz JEAN FRANÇOIS(HAITI)
Rose-Myrlie JOSEPH (HAITI)
Diane LAROCHE (CANADA)
Isabelle Marie SEURET (BELGIUM)
Ana de Santa Cecilia MASSA (BRAZIL)
Igor MASSALKOV (RUSSIA)
Lucie MERCIER (CANADA)
Klimis NAVRIDIS (GREECE)
Jacques RHÉAUME (CANADA)
Vera ROESLER (BRAZIL)
Daniela SHARIM (CHILE)
Abderahmane SI MOUSSI (ALGERIA)
Norma TAKEUTI (BRAZIL)
Elvia TARACENA (MEXICO)

Regional correspondents (FRANCE)

Annie BACQUET (NORD)
Catherine BESSE (ILE DE FRANCE)
Christophe NIEWIADOMSKI (NORD)
Claude COQUELLE (OUEST)
Fabienne HANIQUE (ILE DE FRANCE)
GILLES HERREROS (RHÔNE ALPES)
Anne HÉLIAS (OUEST)
Pierre ROCHE (SUD EST)
Lise POIRIER (ILE DE FRANCE)
Muriel VERDIER (SUD EST)
Josette HALEGOI (ILE DE FRANCE)

Joining

bulletin_adhesion_RISC

RIB_RISC

Objeto

La Red Internacional de Sociología Clínica apunta a favorecer el desarrollo de la sociología clínica en todos los ámbitos: investigación, intervención, capacitación, publicaciones… multiplicando las relaciones entre investigadores, estudiantes y profesionales, como también los contactos con otros enfoques.

Creada en 2014 como asociación civil sin fines de lucro, con sede actualmente establecida en París (Francia), la RISC reúne a sociólogos y otros especialistas en ciencias humanas y sociales (investigadores y/o profesionales) que dan a su trabajo una orientación de sociología clínica. La red representa y promueve la sociología clínica en los distintos países dentro de instituciones u organizaciones nacionales e internacionales.

Equipo

Consejo de Administración

Vincent de GAULEJAC, Presidente
Fabienne HANIQUE, Vicepresidente
Jean-Philippe BOUILLOUD, Vicepresidente
Bénédicte ATTEN, Tesorero
Pascal FUGIER, Secretario
Christophe NIEWIADOMSKI, Secretaria adjunto
René BADACHE, Tesorero adjunto

Consejo de Orientación

Gilles ARNAUD
Bénédicte ATTEN
Nicole AUBERT
René BADACHE
Jean-Philippe BOUILLOUD
John CULTIAUX
Marie-Anne DUJARIER
Pascal FUGIER
Vincent de GAULEJAC
Christiane GIRARD
Florence GIUST-DESPRAIRIES
Patricia GUERRERO
Josette HALEGOI
Fabienne HANIQUE
Christophe NIEWIADOMSKI
Jacques RHEAUME
Pierre ROCHE
Elvia TARACENA
Agnès VANDEVELDE-ROUGALE

Miembros honorarios

Jacqueline BARUS-MICHEL
Eugène ENRIQUEZ
Jean-Marie LE VEN
Max PAGES
Robert SEVIGNY

Corresponsales internacionales

Véronique ALBERT (BÉLGICA)
Anamaria ARAUJO FELICE (URUGUAY)
Vanessa ANDRADE BARROS (BRASIL)
Teresa Cristina CARRETEIRO (BRASIL)
Ana CORREA (ARGENTINA)
Massimo CORSALE (ITALIA)
Marcela DE GRANDE (ARGENTINA)
Fernando DE YZAGUIRRE (ESPAÑA)
François DELFORGE (BÉLGICA)
Nourredine DERKAOUI (ALGERIA)
Marie-Chantal DOUCET (CANADA)
José Newton GARCIA ARAÚJO (BRASIL)
Fernando GASTAL DE CASTRO (BRASIL)
Christiane GIRARD (BRASIL)
Patricia GUERRERO (CHILE)
Sophie HAMISULTANE (CANADA)
Nicole HENNUM (NORUEGA)
Iclal INCIOGLU (TURQIA)
Pedro ISAAC SILVA (BRASIL)
Lenz JEAN FRANÇOIS(HAITI)
Rose-Myrlie JOSEPH (HAITI)
Diane LAROCHE (CANADA)
Isabelle Marie SEURET (BÉLGICA)
Ana de Santa Cecilia MASSA (BRASIL)
Igor MASSALKOV (RUSIA)
Lucie MERCIER (CANADA)
Klimis NAVRIDIS (GRECIA)
Jacques RHÉAUME (CANADA)
Vera ROESLER (BRASIL)
Daniela SHARIM (CHILE)
Abderahmane SI MOUSSI (ALGERIA)
Norma TAKEUTI (BRASIL)
Elvia TARACENA (MEXICO)

Corresponsales regionales (FRANCIA)

Annie BACQUET (NORD)
Catherine BESSE (ILE DE FRANCE)
Christophe NIEWIADOMSKI (NORD)
Claude COQUELLE (OUEST)
Fabienne HANIQUE (ILE DE FRANCE)
GILLES HERREROS (RHÔNE ALPES)
Anne HÉLIAS (OUEST)
Pierre ROCHE (SUD EST)
Lise POIRIER (ILE DE FRANCE)
Muriel VERDIER (SUD EST)
Josette HALEGOI (ILE DE FRANCE)

Afiliación

bulletin_adhesion_RISC

RIB_RISC

Sociologie clinique - Clinical sociologie - Sociología clínica

Présentation générale du courant disciplinaire

La spécificité de la sociologie clinique tient à sa façon d’approcher les phénomènes sociaux et institutionnels, dans une dimension à la fois théorique (elle s’inscrit dans une tradition compréhensive et suppose d’articuler la compréhension du social à celle du sujet jusque dans ses fondements psychanalytiques) et politique (qui pose au-delà de la critique, la nécessité d’une clinique du social).
La sociologie clinique place au cœur de son approche les contradictions entre objectivité et subjectivité, entre structures et acteurs, entre poids des déterminismes et capacité des individus à faire histoire, entre rationalité et irrationalité. Au delà même de l’acteur, c’est le sujet qui l’intéresse, notamment dans ses dimensions affectives, existentielles.

 

Cf. notamment :
• blog du réseau thématique « Sociologie clinique » (RT16) de l’Association française de sociologie : http://www.sociologie-clinique.fr
The translation will soon be available…
Thank you for your understanding.

Presentación general de la corriente disciplinaria

La especificidad de la sociología clínica radica en su manera de abordar los fenómenos sociales e institucionales desde una dimensión que es a la vez teórica (se inscribe dentro de una tradición comprensiva que implica articular la comprensión de lo social a la del sujeto hasta en sus fundamentos psicoanalíticos) y política (que plantea más allá de la crítica la necesidad de una clínica de lo social).
La sociología clínica ubica en el centro de su enfoque las contradicciones entre objetividad y subjetividad, entre estructuras y actores, entre peso de los determinismos y capacidad de los individuos para hacer historia, entre racionalidad e irracionalidad. Más allá del actor, se interesa por el sujeto, particularmente en sus dimensiones afectivas, existenciales.

 

Ver en particular:
blog de la red temática « Sociología clínica » (RT16) de la Association française de sociologie: http://www.sociologie-clinique.fr

Sociologie clinique - Formation, Recherche, Intervention


Programme Formation et Recherche

Octobre 2017 / Décembre 2018

Contact formations :
Samantha Le Gall
Tel : +33 6 33 40 74 45
E-mail : contact[at]sociologie-clinique-formation.com

La sociologie clinique

Selon la sociologie clinique, les phénomènes sociaux ne peuvent être appréhendés «totalement » que si l’on y intègre la façon dont les individus les vivent, se les représentent, les assimilent et contribuent à les reproduire. Elle se veut à l’écoute du sujet, proche du réel dans ses registres affectif et existentiel, attentive aux enjeux inconscients individuels et collectifs. Elle s’intéresse aux phénomènes sociaux et institutionnels dans leurs dimensions rationnelle, mais aussi imaginaire, pulsionnelle ou symbolique. Elle développe une analyse dialectique entre objectivité et subjectivité, rationalité et irrationalité, entre le poids des contextes sociaux historiques et la capacité des individus d’être créateurs d’histoire. Elle cherche à démêler les nœuds complexes entre les déterminismes sociaux et les déterminismes psychiques, dans les conduites des individus ou des groupes.

Les groupes d’implication et de recherche

L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet. À partir de cette hypothèse centrale, les Groupes d’implication et de recherche (GIR) proposent un travail à la fois personnel (comprendre pour soi) et théorique (comprendre des processus). Différentes thématiques sont proposées pour approfondir en quoi les destinées humaines sont conditionnées par de multiples déterminismes (sociaux, familiaux, affectifs, sexuels) qui conduisent chaque individu à advenir comme sujet face aux conflits et aux contradictions qu’il rencontre dans son existence. Les GIR permettent aux participants de mieux comprendre en quoi l’histoire est agissante en eux à travers l’analyse des nœuds socio-psychiques qui en influencent la trame.

Nos formations sont à la fois pratiques et théoriques. Elles sont ouvertes à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa propre vie. Elles sont également ouvertes aux chercheurs et aux professionnels qui souhaitent approfondir leurs compétences dans la double perspective de l’analyse sociologique et la démarche clinique.

Séminaires 2017-2018

Lieu :

Les séminaires ont lieu à Paris ou à Lille (voir fiches)

Tarifs :

Séminaires de 3 jours :

  • Particulier 550€
  • Institution 1200€
  • Membres du RISC : 490€

 

Séminaires de 4 jours :

  • Particulier : 700 €
  • Institution : 1600 €
  • Membres du RISC 640€

 

Chômeurs/étudiants : Nous consulter

Programme 2017-2018
Inscription en ligne

Roman amoureux et trajectoire sociale – 3, 4 et 5 octobre 2017 – Animé par Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique

« Si le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas, il ignore rarement la raison sociale de celui, ou de celle, pour qui il bat »
L’amour est un sentiment qui semble avant tout déterminé par le désir, la pulsion, l’intime, l’ineffable, donc étranger aux déterminismes sociaux, aux choix stratégiques, à des intérêts financiers ou économiques. Préoccupés de préserver l’idéal d’amour, nous préférons lui conserver son caractère sacré plutôt qu’analyser les processus qui conditionnent nos choix amoureux, nos façons d’aimer, nos représentations de la femme, de l’homme, du couple. Le statut de l’amour a profondément changé au cours des générations.
En quoi ces mutations influencent-elles notre vie amoureuse ? Comment vivre et comprendre l’amour dans nos sociétés contemporaines ?
Le séminaire explore comment se constitue, se construit, s’organise, se transforme notre rapport à l’amour au cour de l’existence ; les sources des conflits affectifs, en particulier quand ils s’inscrivent dans des scénarios répétitifs ; comment se combinent et s’influencent réciproquement les registres affectifs, sexuels, familiaux, culturels et sociaux dans la construction et la déconstruction des liens amoureux ; dans quelle mesure la vie affective est conditionnée par l’histoire des rapports familiaux et leur inscription dans un contexte social.

Méthode 

La dynamique des groupes d’implication et de recherche permet un va et vient entre l’éprouvé de chacun dans des situations vécues et l’analyse de processus à partir d’hypothèses élaborées dans le groupe. Différents supports seront proposés pour explorer le rapport à l’amour dans l’histoire familiale (arbre généalogique), dans la construction de l’identité (ligne de vie), dans la vie du couple. L’alternance entre des phases d’expression verbale et non verbale favorisera le travail d’exploration entre le vécu et l’analyse. Selon les principes de la sociologie clinique, le séminaire sera animé comme un groupe d’implication et de recherche avec des phases d’expression verbale et non verbale, des exposés théoriques, des travaux de groupes, des sociodrames et des travaux individuels.

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)
Fabienne Hanique, Professeur à l’Université Paris Diderot, Vice-Présidente du Réseau international de sociologie clinique, responsable du Master Théorie et pratique de l’intervention clinique dans les organisations

Publics 
Le séminaire s’adresse à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux chercheurs en sciences humaines, aux professionnels de la santé et de la relation, travailleurs sociaux, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, médiateurs, intervenants…

Récit de vie et Ecriture  – 18, 19 et 20 octobre 2017 – Animé par Lise Poirier-Courbet et Christophe Niewiadomski

Quels sont les rapports entre l’écriture et la vie ? Qu’est ce qui nous pousse à écrire ? D’où viennent les difficultés face à l’écriture ?

Objectifs 

Le séminaire permettra d’identifier, d’analyser, de comprendre :

  • Pourquoi et à quels moments de l’existence a-t-on senti le besoin, la nécessité d’écrire ;
  • Quelle est La place de l’écrit dans l’histoire familiale ? A quelles personnes nous identifions-nous ? Quels sont ceux qui ont « le droit » d’écrire et ceux qui sont socialement invalidés à ce sujet ;
  • Quels sont les fonctions de l’écrit, de nos propres écrits ? ;
    Quels sont les désirs, les résistances, les « empêchements », les inhibitions, les facilités dans notre rapport à l’écrit ;
  • Qui sont les destinataires de nos écrits, qu’ils soient imaginaires ou réels ?

Méthodologie  

A partir des supports de l’arbre généalogique et de la trajectoire sociale, chacun sera invité à écrire des textes sur des périodes de sa vie, sur des moments de transition, des événements clés, la rencontre avec d’autres milieux sociaux…Ces écrits seront initiés par des propositions d’écriture et des extraits de textes littéraires. Une partie sera lue à haute voix, analysée et commentée avec le groupe.

Animation 

Lise Poirier-Courbet, psychosociologue et sociologue clinicienne, écrivaine, chercheuse affiliée au laboratoire de changement social et politique, Université Paris Diderot.

Christophe Niewiadomski, sociologue clinicien, est professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Lille 3 et membre fondateur du réseau international de sociologie clinique (RISC)

Publics 

Le séminaire s’adresse, à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coaches et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.
Il s’adresse en particulier à tout public intéressé par la mémoire des récits, oraux, écrits, les traces de nos histoires de vie ; à toute personne qu’elle soit inhibée ou passionnée par l’écrit ou qu’elle éprouve une tension entre le désir et les difficultés d’accès à l’écrit.

Le sujet en quête de sens : vivre et penser les contradictions entre éthique, valeur et responsabilité – 14, 15 et 16 novembre 2017 – Animé par Vincent de Gaulejac et Josette Halegoi

Objet

Prendre le temps de comprendre les conflits vécus au niveau personnel, familial, professionnel et sociaux :
– Entre idéaux et pratiques
– Entre conviction et responsabilité
– Entre finalités et moyens
– Entre éthique personnelle et exigences professionnelles
– Entre intérêts individuels et intérêts collectifs
– Entre construction de soi comme sujet et les stratégies d’insertion sociale
– Entre identité personnelle et identité sociale

Objectifs 

Deux axes d’approches

un axe synchronique :

  • Partir de situations conflictuelles vécues dans lesquelles chacun a été confronté à des contradictions entre éthique personnelle et réponses à des exigences professionnelles, économiques, institutionnelles…
    • explorer en quoi les contraintes institutionnelles et les logiques organisationnelles peuvent conduire à « mentir », « tricher », « maquiller », édulcorer… à ne pas être en conformité avec ses valeurs personnelles
    • explorer en quoi les « petits arrangements » avec son éthique personnelle peuvent conduire à une « servitude volontaire »
    • explorer en quoi ces tensions entre l’idéal et la réalité peuvent conduire à des risques psycho-sociaux (dépression, burn out, suicide…)

un axe diachronique :

  • analyser son roman familial et de sa trajectoire idéologique, la constitution de son système de valeur et son évolution dans le temps (ruptures et continuités) ;
  • mieux comprendre la construction de l’idéal du moi et son rapport à l’idéalité
  • explorer les noyaux durs de l’éthique personnelle (les « obstinations durables ») en rapport avec des situations vécues et des contextes socio-historiques

Méthodologie 

 Travail en groupe d’implication et de recherche.
Le travail de groupe consistera à effectuer un va et vient entre l’implication personnelle et réflexions collectives. Des apports théoriques des animateurs sur les transformations du rapport aux valeurs, à la croyance et à l’éthique dans la société.

A partir de situations vécues par les participants :

  • « sociodrames » : exploration de situations conflictuelles vécues pour mieux comprendre les enjeux qui les sous-tendent.
  • exploration de la généalogie et des trajectoires socio-idéologiques

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du Réseau international de sociologie clinique.
Josette Halégoi, consultante, directrice de Mimésis, membre du réseau international de sociologie clinique

Publics 

Le séminaire s’adresse à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coaches et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Face à la honte – 5, 6 et 7 décembre 2017 – Animé par Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique

La honte, on préfère ne pas en parler, la passer sous silence. Peu d’études lui sont consacrées alors que les romans, les histoires de famille, les récits de vie suintent de la souffrance qu’elle entraîne. C’est un affect douloureux, une brûlure psychique qui a de multiples facettes. Tous les registres de l’existence sont concernés. Entre psychique et social la honte est un sentiment profondément humain au fondement du lien social.
Mettre des mots dessus et en décrire les différents aspects permet de la reconnaître, de la nommer et de mieux soigner les blessures dont elle est le symptôme.
Le stage explore les sources de la honte en soi et chez les autres, les réactions défensives et les stratégies de dégagement qu’elle suscite. Comment permettre et accompagner la parole face à la honte, comment s’en dégager ?
Les multiples facettes de la honte et leur intrication (sociale, sexuelle, morale, identitaire) ; les altérations de l’identité et de l’estime de soi ; les sources de honte et de fierté ; les violences humiliantes qui génèrent la perte d’estime de soi et l’enfermement dans le sentiment de honte. Les problématiques de la honte liées aux appartenances sociales, aux origines culturelles, aux addictions, aux orientations sexuelles, à la pauvreté, etc

Objectifs 

  • écouter la souffrance, les blessures liées à la honte
  • faciliter l’expression du vécu des personnes, à oser la mise en mots
  • son implication face à ce vécu de honte

Explorer et reconnaître ses propres hontes pour mieux appréhender celles des autres. Mieux comprendre les multiples facettes de la honte et explorer ses sources. Repérer les différentes réactions défensives et les mécanismes de dégagement mises en place de part et d’autre de la relation

Contenu et méthode 

A partir des supports de l’arbre généalogique et de la trajectoire sociale, chacun sera invité à écrire des textes sur des périodes de sa vie, sur des moments de transition, des événements clés, la rencontre avec d’autres milieux sociaux…Ces écrits seront initiés par des propositions d’écriture et des extraits de textes littéraires. Une partie sera lue à haute voix, analysée et commentée avec le groupe.

Alternance de phases
• d’implication des participants dans la mise en scène de situations sociales et professionnelles «face à la honte»
• de réflexions théoriques sur l’analyse du phénomène, dans une perspective de sociologie clinique, ainsi que sur ses effets individuels et collectifs,
• de discussion sur les conséquences à en tirer sur les plans politique, social, professionnel et personnel.

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)
Fabienne Hanique, Professeur à l’Université Paris Diderot, Vice-Présidente du Réseau international de sociologie clinique, responsable du Master Théorie et pratique de l’intervention clinique dans les organisations

Publics :

Les personnes confrontées aux souffrances des personnes victimes de violences (objectives ou subjectives, réelles ou symboliques) frappées de stigmatisation, d’illégitimité au sein de la famille ou de la société. Les praticiens aux prises avec l’exclusion et la désinsertion sociale soit en relation directe avec le public, soit en responsabilité (managériale ou politique). Les professionnels de l’accompagnement qui souhaite mieux comprendre les sentiments liés aux déplacements, ascension ou descension sociale et ruptures biographiques.

Histoires d’argent  – 29, 30 et 31 janvier 2018  – Animé par Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique

L’argent est au cœur des rapports sociaux, mais aussi des relations affectives et parfois sexuelles. Ses représentations diffèrent selon les contextes sociaux et familiaux. Les notions de valeur, d’investissement et d’estime de soi sont au carrefour de l’économique, du sociologique et du psychologique. Le séminaire propose aux participants d’analyser leur rapport à l’argent à partir de leur roman familial et de leur trajectoire économique.
L’argent est un analyseur de l’existence, comme médiateur des relations sociales et familiales, comme révélateur des stratégies professionnelles et existentielles.
Le séminaire explorera les enjeux autour de la transmission et de l’héritage, les scénarios répétitifs, le rapport au don et à la dette.

Méthode 

Alternance de phases de réflexion et d’exploration des situations vécues par les participants. Comment chacun vit son rapport à l’argent ; quelles résistances, individuelles et collectives, quels mécanismes de défense sont mis en œuvre.
Selon les principes de la sociologie clinique, le séminaire sera animé comme un groupe d’implication et de recherche avec des phases d’expression verbale et non verbale, des exposés théoriques, des travaux de groupes, des sociodrames et des travaux individuels.

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)
Fabienne Hanique, Professeur à l’Université Paris Diderot, Vice-Présidente du Réseau international de sociologie clinique, responsable du Master Théorie et pratique de l’intervention clinique dans les organisations

Le rapport au savoir – 7, 8 et 9 février 2018 – Animé par Christophe Niewiadomski et Isabelle Serret

Les savoirs permettent de nous orienter dans l’existence en proposant des clefs d’interprétation du monde qui nous entoure. Outre leur utilité sociale, ils contribuent par ailleurs à façonner profondément nos identités individuelles et collectives.
Cependant, pourquoi certains intègrent sans difficultés les savoirs qui leurs sont proposés, alors que d’autres se trouvent placés en difficultés face aux apprentissages, ont envie de savoir sans vouloir apprendre, ou encore « ne veulent rien savoir » ? Quels sont les facteurs qui mobilisent le désir d’apprendre et ceux qui jouent un rôle « d’empêchement » ?
Le rapport que nous entretenons avec le savoir, toujours singulier, nous met en lien avec une histoire personnelle qui est aussi une histoire familiale, professionnelle, culturelle et sociale.

Objectifs 

Ce séminaire propose aux participants d’explorer ce que recouvre leur rapport au savoir dans une perspective d’approche clinique en sciences humaines. Ce séminaire, dit « d’implication », permet à chacun d’élaborer un travail à la fois individuel et collectif à propos de son rapport au savoir. Chaque participant est invité à s’exprimer librement à partir de son histoire et de son expérience des apprentissages afin de mieux comprendre la place et les valeurs attribuées aux différentes formes de savoir, en les resituant dans leur contexte socio-familial.

Méthodologie

 Ce séminaire propose aux participants d’explorer ce que recouvre leur rapport au savoir dans une perspective d’approche clinique en sciences humaines. Ce séminaire, dit « d’implication », permet à chacun d’élaborer un travail à la fois individuel et collectif à propos de son rapport au savoir. Chaque participant est invité à s’exprimer librement à partir de son histoire et de son expérience des apprentissages afin de mieux comprendre la place et les valeurs attribuées aux différentes formes de savoir, en les resituant dans leur contexte socio-familial.

Animation 

Christophe Niewiadomskisociologue clinicien, est professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Lille 3 et membre fondateur du réseau international de sociologie clinique (RISC)

Isabelle Seret, Auteure, formatrice et intervenante en récit de vie et sociologie clinique, formée en victimologie appliquée.

Publics 

  • Toute personne engagée dans une démarche de connaissance d’elle-même
  • Professionnels de l’accompagnement : consultants, coaches, travailleurs sociaux, conseillers en orientation, en insertion, formateurs d’adultes…
  • Professionnels de l’enseignement et de l’éducation : enseignants, formateurs, psychologues scolaires…

Le sujet face aux événements ruptures,  Pertes et dépassements, bifurcation et reconstruction – 7, 8 et 9 mars 2018 – Animé par Lise Poirier Courbet et Isabelle Seret

A tout moment, les individus, les familles et les groupes peuvent être confrontés à des événements ruptures qui peuvent bouleverser de manière radicale l’histoire d’une vie, du côté des pertes (pertes d’un proche, d’un emploi, des croyances, d’idéaux, confrontation à la mort, à un accident, une maladie, un exil…) ou du côté des événements qui permettent de traverser la souffrance, retrouver confiance et estime de soi (naissance, rencontre amoureuse, projet professionnel…)
Comment renouer les fils d’un « avant » et d’un après. Comment faire face à l’événement rupture, qui puisse faire histoire, sens, dépassement et reconstruction ?

Objectifs 

1) Identifier l’avant et l’après de l’événement rupture, les significations subjectives et objectives que nous lui avons données ainsi que l’influence du contexte social.
2) Repérer les paroles et les silences de notre entourage, le contexte dans lequel s’est produit l’événement, ses découvertes sur ce que ça a produit pour soi, pour les autres.
2) Comment la dynamique de notre trajectoire dans les différentes dimensions (personnelle, professionnelle, sociale) en a-t-elle été affectée ?
3) Quelles marges de manœuvre, quels espaces de réflexion et de création nous sommes nous autorisés ?

Il s’agira :
• d’identifier les empêchements, les nœuds socio-psychiques qui ont pu faire obstacle et ainsi permettre un changement de regard sur notre passé, un dépassement, une reconstruction
• de repérer les ressources possibles, les étayages à consolider, à construire.

Méthodologie

Récits de vie individuels, selon la démarche Roman Familial et Trajectoire sociale afin d’éclairer individuellement et collectivement la problématique du séminaire. Alternance entre implication à partir de différents supports et recherche.

Animation 

Lise Poirier Courbet, psychosociologue et sociologue clinicienne, chercheuse affiliée Université Paris Diderot, écrivaine, membre du réseau international de sociologie clinique.

Isabelle Seret, Auteure, formée en récit de vie et sociologie clinique, formée en victimologie appliquée.

Publics :

Le séminaire s’adresse à toutes personnes confrontées à des événements ruptures en tant qu’accompagnants ou intervenants en milieux associatifs (métiers de la santé, de l’éducation, de l’orientation professionnelle, etc.) ou à toute personne en questionnement et en recherche sur le plan personnel et/ou professionnel.

Le sujet face au travail – 13, 14 et 15 mars 2018 – Animé par Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique

Le pouvoir managérial et l’idéologie gestionnaire contribuent à façonner une « société de marché » dominée par des critères de performance, de flexibilité, d’urgence, de compétition et de rentabilité. L’existence sociale des individus se mesure à l’aune de leur « employabilité ». Aujourd’hui tout se gère, les choses et les gens.

Objectifs

Analyser et comprendre :

  • comment l’ensemble de la société est mis sous pression par la culture de la gestion et le développement de la lutte des places
  • pourquoi les critères d’évaluation de l’activité mis en avant par les outils de gestion sont de plus en plus déconnectés de la réalité du travail effectué
  • les conséquences psychiques et psychopathologiques de ces évolutions en particulier la dépression, l’épuisement professionnel, le stress et l’hyper activisme
  • les conséquences sociales comme la perte de sens, le harcèlement, l’exclusion ou la soif de reconnaissance
  • pourquoi la politique semble aujourd’hui « contaminée » par la gestion

Le séminaire sera l’occasion de réfléchir collectivement sur les réponses à apporter face à ce phénomène

Contenu

Alternance de phases de réflexion et d’exploration des situations vécues par les participants. Comment chacun est confronté à la souffrance au travail ; quelles résistances, individuelles et collectives, quels mécanismes de défense sont mis en œuvre ; quels remèdes peut-on appliquer face à ces souffrances, les siennes et celles des autres.

Selon les principes de la sociologie clinique, le séminaire sera animé comme un groupe d’implication et de recherche avec des phases d’expression verbale et non verbale, des exposés théoriques, des travaux de groupes, des sociodrames et des travaux individuels

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)
Fabienne Hanique, Professeur à l’Université Paris Diderot, Vice-Présidente du Réseau international de sociologie clinique, responsable du Master Théorie et pratique de l’intervention clinique dans les organisations

Le sujet face au conflit – 15, 16 et 17 mai 2018 – Animé par Catherine Besse et Vincent de Gaulejac

L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet. 

Dans cette quête, les conflits sont des moments déterminants face auxquels le sujet peut s’affirmer, se révéler et/ou se déliter, s’effondrer. Entre créativité et destructivité, plaisir et souffrance, exaltation de soi et angoisse de mort, les réactions face aux conflits de l’existence sont multiples. Parfois répétitives, parfois insolites, elles marquent la trame de nos vies.

Les conflits seront traités comme des analyseurs de l’existence, des révélateurs des contradictions qui traversent, à un moment donné, une société, un milieu social, une institution, une famille. Une attention particulière sera portée aux rapports entre la conflictualité psychique et la conflictualité sociale, dans le champ du travail et aux évolutions des conflits affectifs au sein de la famille dans les rapports de couple et les relations intergénérationnelles.

Objectifs

 Le séminaire aura pour objectif d’explorer la façon dont chacun fait face au conflit, de comprendre les contradictions qui les génèrent, d’analyser les réactions défensives et les mécanismes de dégagement face à des situations conflictuelles répétitives.

Méthodologie

La méthodologie des groupes d’implication et de recherche permettra de travailler dans un va-et-vient permanent entre l’exploration des conflits rencontrés dans les histoires de vie des participants (implication) et l’analyse des processus et des enjeux à l’œuvre (recherche).

Des supports seront proposés pour favoriser l’expression verbale et non verbale, l’implication individuelle et groupale, l’exploration de l’histoire personnelle, familiale et sociale, la construction de scénarios et la mise en scène de situations.

Des apports théoriques seront proposés sur différents thèmes complétés par des références bibliographiques.

Animation 

Catherine Besse, consultante, sociologue et psychosociologue clinicienne, chargée de cours à l’Université Paris Diderot dans le master théories et pratiques de l’intervention clinique dans les organisations et au Cnam, membre du réseau international de sociologie clinique.

 Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)

Publics

Le séminaire s’adresse à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coaches et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Histoire de femmes – 6, 7 et 8 juin 2018 – Animé par Lise Poirier Courbet et Rose-Myrlie Joseph

Qu’en est-il de notre être femme aujourd’hui ? Du « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir aux nouveaux mouvements d’émancipation, entre radicalité, révolte et adaptation, comment ont évolué les représentations sociales des rôles féminins dans leurs liens avec les classes sociales et les cultures ?

Objectifs 

Le séminaire permettra d’identifier, d’analyser, de comprendre :

Les contradictions, les paradoxes, les exigences et les choix auxquels les femmes sont confrontées, entre célibat et/ou vie de couple, maternité et/ou profession, sécurité et/ou liberté, émancipation et/ou dépendance… ;

L’influence dans son histoire des héritages familiaux, sociaux, culturels et des modèles positifs ou négatifs de femmes ;

L’articulation entre les différentes facettes de sa vie de femme : fille, amante, professionnelle, mère, épouse, grand-mère, citoyenne, militante, sœur…et la façon de composer avec ces différents rôles ;

Les questions face aux enjeux de l’appropriation des corps des femmes en lien avec la sexualité et la maternité à travers les âges de la vie, les nouvelles techniques et avancées scientifiques en matière de procréation, mais aussi face aux violences physiques et symboliques.

Méthodologie 

Alternance de supports graphiques, ligne de vie et arbre généalogique indiquant les places respectives des femmes et des hommes dans les lignées, leurs rôles. Alternance des récits oraux, des moments d’écriture, de dessins, entre vécu, réflexions et apports théoriques.

Animation 

Lise Poirier Courbet, psychosociologue et sociologue clinicienne, chercheuse affiliée Université Paris Diderot, écrivaine, membre du réseau international de sociologie clinique

Rose-Myrlie Josephdocteure en Sociologie et en Études genre, consacre ses recherches à l’analyse des rapports sociaux de sexe, de classe et de race dans le travail, la migration et la sexualité. Elle enseigne en tant qu’ATER à l’Université Paris-Diderot où elle est membre du Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherche pour les Études Féministes (CEDREF). Elle a également travaillé dans le domaine du genre à la coopération canadienne en Haïti.

Publics 

Le séminaire s’adresse, à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coaches et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Émotions et histoire de vie – 19, 20 et 21 juin 2018 – Animé par Vincent de Gaulejac 

Ce séminaire consiste à explorer des articulations entre les tensions émotionnelles, les conflits psychiques et sociaux tels qu’ils se construisent dans l’histoire personnelle, familiale, sociale et se reproduisent dans la vie quotidienne.
Le travail vise à éclairer les situations conflictuelles de la vie sociale, professionnelle, amoureuse, en croisant l’analyse de l’histoire familiale et l’exploration des émotions qu’elle engendre.

Méthode

La démarche consiste à effectuer des « va-et-vient » entre la constitution de soi comme sujet socio-historique et l’incorporation de l’histoire, telle qu’elle est éprouvée en soi, dans l’ici et maintenant.
Alternance de phases d’expression corporelle, verbale et non verbale
Le psychodrame émotionnel, l’analyse socio-familiale et le travail de groupe seront utilisés.

Il s’agit d’un séminaire d’implication et de recherche, d’une durée de trois journées consécutives, formant un tout. En raison même de la nature expérientielle de cette activité, il n’est pas possible de n’en suivre qu’une partie.

Animation 

Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC (réseau international de sociologie clinique)

Trajectoires sociales et choix professionnels – 19, 20 et 21 novembre 2018 – Animé par Catherine Besse et Annie Baquet

La vie professionnelle permet de se positionner et d’exister dans l’espace social tout en révélant l’expression de son identité, de ses désirs plus inconscients. Si les choix professionnels semblent souvent n’être rattachés qu’à des logiques rationnelles (compétences, diplômes, rémunération, marché de l’emploi, etc.), des facteurs inconscients conditionnent pourtant nos choix et nos renoncements

Objectifs

Le séminaire explorera :

  • la dynamique dans laquelle s’inscrit et se construit la trajectoire professionnelle et ce qui influence les  choix et les renoncements.
  • L’axe trans-générationnel (projet parental, histoire familiale, modèles professionnels hérités, entre identité héritée et identité espérée…)
  • Le parcours personnel déjà accompli ;
  • La question des valeurs et des contradictions de l’individu en situation de travail.
  • Les sentiments de fluidité ou d’empêchement dans la capacité à se  projeter afin de retrouver de la mobilité dans sa trajectoire « à venir » avec  idéal et réalisme.

Méthodologie

Séminaire d’implication où l’exploration des trajectoires se fera à partir de l’articulation de dimensions plurielles : objectivité et subjectivité, psychique et social, conscient et inconscient, idéalité et réalité
Sans évacuer les dimensions rationnelles, nous ouvrirons sur les modèles professionnels hérités, le projet parental, l’histoire familiale, le parcours accompli, la situation actuelle et le projet vers l’avenir, pour proposer d’autres regards sur la place professionnelle occupée, subie ou rêvée.
Eclairages théoriques : la question du choix, du désir, des autorisations et de la place, l’échec et la réussite, les valeurs et l’identité.

Animation 

Catherine Besse, consultante, sociologue et psychosociologue clinicienne, chargée de cours à l’Université Paris Diderot dans le master théories et pratiques de l’intervention clinique dans les organisations et au Cnam, membre du réseau international de sociologie clinique.

 Annie Bacquet, psychosociologue clinicienne ;  anime depuis 10 ans des groupes de récits de vie au sein du SFC de l’université de Lille1, de Paris Diderot,  d’écoles de travail social et auprès des professionnels du spectacle vivant ; accompagne des équipes par l’Analyse de Pratiques Professionnelles, supervision. Intervenante dans le cadre de la prévention des RPS.

Séminaires organisés à Lille

Trajectoires sociales et choix professionnels – 11, 12 et 13 avril 2018 – Animé par Catherine Besse et Annie Baquet – LILLE

La vie professionnelle permet de se positionner et d’exister dans l’espace social tout en révélant l’expression de son identité, de ses désirs plus inconscients. Si les choix professionnels semblent souvent n’être rattachés qu’à des logiques rationnelles (compétences, diplômes, rémunération, marché de l’emploi, etc.), des facteurs inconscients conditionnent pourtant nos choix et nos renoncements

Objectifs

Le séminaire explorera :

  • la dynamique dans laquelle s’inscrit et se construit la trajectoire professionnelle et ce qui influence les  choix et les renoncements.
  • L’axe trans-générationnel (projet parental, histoire familiale, modèles professionnels hérités, entre identité héritée et identité espérée…)
  • Le parcours personnel déjà accompli ;
  • La question des valeurs et des contradictions de l’individu en situation de travail.
  • Les sentiments de fluidité ou d’empêchement dans la capacité à se  projeter afin de retrouver de la mobilité dans sa trajectoire « à venir » avec  idéal et réalisme.

Méthodologie

Séminaire d’implication où l’exploration des trajectoires se fera à partir de l’articulation de dimensions plurielles : objectivité et subjectivité, psychique et social, conscient et inconscient, idéalité et réalité. Sans évacuer les dimensions rationnelles, nous ouvrirons sur les modèles professionnels hérités, le projet parental, l’histoire familiale, le parcours accompli, la situation actuelle et le projet vers l’avenir, pour proposer d’autres regards sur la place professionnelle occupée, subie ou rêvée.
Eclairages théoriques : la question du choix, du désir, des autorisations et de la place, l’échec et la réussite, les valeurs et l’identité.

Animation 

Catherine Besse, consultante, sociologue et psychosociologue clinicienne, chargée de cours à l’Université Paris Diderot dans le master théories et pratiques de l’intervention clinique dans les organisations et au Cnam, membre du réseau international de sociologie clinique.

 Annie Bacquetpsychosociologue clinicienne ;  anime depuis 10 ans des groupes de récits de vie au sein du SFC de l’université de Lille1, de Paris Diderot,  d’écoles de travail social et auprès des professionnels du spectacle vivant ; accompagne des équipes par l’Analyse de Pratiques Professionnelles, supervision. Intervenante dans le cadre de la prévention des RPS.

Roman familial et trajectoire sociale – 11, 12, 13 et 14 juin 2018 – Animé par Annie Baquet – LILLE

De l’enfance à l’adolescence, notre identité s’est forgée au sein d’une famille originaire et dans un contexte socio-historique particulier. Ces premières influences se sont peu à peu enrichies à l’occasion d’une histoire individuelle et collective au cours de laquelle nous avons dû procéder à des choix et souvent opérer des médiations entre un grand nombre de contradictions. Si nous ne pouvons changer notre passé, nous pouvons cependant changer notre regard sur celui-ci pour en saisir la trame et ses éventuelles impasses.

Objectifs : Identifier, comprendre, analyser 

  • La généalogie familiale, les métiers, les valeurs et croyances, les légendes, l’ancrage sociohistorique ;
  • La formation du projet parental, explicite ou implicite, ses traces, ses contradictions, ses effets ;
  • Le roman familial en lien avec les « histoires de famille » et l’environnement social et économique ;
  • Les choix et les ruptures de l’existence, les moments de bascule, les événements biographiques ;
  • La trajectoire sociale en lien avec les institutions et les organisations rencontrées, l’environnement social et économique, les impasses, les « nœuds socio-psychiques » qui parfois nous entravent et nous construisent.

 

Méthodologie

Différents supports seront proposés pour explorer le rapport à son histoire familiale et à sa construction identitaire, son positionnement, sa trajectoire sociale. On utilisera les supports de l’arbre généalogique et de la ligne de vie contextualisée sur un plan historique et social. On alternera des phases d’expression verbale et non-verbale

Animation 

Annie Bacquet, psychosociologue clinicienne ;  anime depuis 10 ans des groupes de récits de vie au sein du SFC de l’université de Lille1, de Paris Diderot,  d’écoles de travail social et auprès des professionnels du spectacle vivant ; accompagne des équipes par l’Analyse de Pratiques Professionnelles, supervision. Intervenante dans le cadre de la prévention des RPS.

Publics 
Le séminaire s’adresse, à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coaches et aux acteurs impliqués dans le changement social, animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc…

Tarif
Séminaire de 4 jours (2 X 2 jours)
Particulier :700 (membres du RIC 640) €
Institution : 1300 €
Etudiants et chômeurs : nous consulter

Face à la honte – 3, 4 et 5 octobre 2018 – Animé par Annie Baquet – LILLE

La honte, on préfère ne pas en parler, la passer sous silence. Peu d’études lui sont consacrées alors que les romans, les histoires de famille, les récits de vie suintent de la souffrance qu’elle entraîne. C’est un affect douloureux, une brûlure psychique qui a de multiples facettes. Tous les registres de l’existence sont concernés. Entre psychique et social la honte est un sentiment profondément humain au fondement du lien social.
Mettre des mots dessus et en décrire les différents aspects permet de la reconnaître, de la nommer et de mieux soigner les blessures dont elle est le symptôme.
Le stage explore les sources de la honte en soi et chez les autres, les réactions défensives et les stratégies de dégagement qu’elle suscite. Comment permettre et accompagner la parole face à la honte, comment s’en dégager ?
Les multiples facettes de la honte et leur intrication (sociale, sexuelle, morale, identitaire) ; les altérations de l’identité et de l’estime de soi ; les sources de honte et de fierté ; les violences humiliantes qui génèrent la perte d’estime de soi et l’enfermement dans le sentiment de honte. Les problématiques de la honte liées aux appartenances sociales, aux origines culturelles, aux addictions, aux orientations sexuelles, à la pauvreté, etc

Objectifs 

  • écouter la souffrance, les blessures liées à la honte
  • faciliter l’expression du vécu des personnes, à oser la mise en mots
  • son implication face à ce vécu de honte

Explorer et reconnaître ses propres hontes pour mieux appréhender celles des autres. Mieux comprendre les multiples facettes de la honte et explorer ses sources. Repérer les différentes réactions défensives et les mécanismes de dégagement mises en place de part et d’autre de la relation

Contenu et méthode 

A partir des supports de l’arbre généalogique et de la trajectoire sociale, chacun sera invité à écrire des textes sur des périodes de sa vie, sur des moments de transition, des événements clés, la rencontre avec d’autres milieux sociaux…Ces écrits seront initiés par des propositions d’écriture et des extraits de textes littéraires. Une partie sera lue à haute voix, analysée et commentée avec le groupe.

Alternance de phases
• d’implication des participants dans la mise en scène de situations sociales et professionnelles «face à la honte»
• de réflexions théoriques sur l’analyse du phénomène, dans une perspective de sociologie clinique, ainsi que sur ses effets individuels et collectifs,
• de discussion sur les conséquences à en tirer sur les plans politique, social, professionnel et personnel.

Animation 

Annie Bacquet, psychosociologue clinicienne ;  anime depuis 10 ans des groupes de récits de vie au sein du SFC de l’université de Lille1, de Paris Diderot,  d’écoles de travail social et auprès des professionnels du spectacle vivant ; accompagne des équipes par l’Analyse de Pratiques Professionnelles, supervision. Intervenante dans le cadre de la prévention des RPS

Publics :

Les personnes confrontées aux souffrances des personnes victimes de violences (objectives ou subjectives, réelles ou symboliques) frappées de stigmatisation, d’illégitimité au sein de la famille ou de la société. Les praticiens aux prises avec l’exclusion et la désinsertion sociale soit en relation directe avec le public, soit en responsabilité (managériale ou politique). Les professionnels de l’accompagnement qui souhaite mieux comprendre les sentiments liés aux déplacements, ascension ou descension sociale et ruptures biographiques.

Lieux de vie, territoires et trajectoires de vie – 11, 12 et 13 décembre 2018 – Animé par Annie Baquet et Lise Poirier-Courbet – LILLE

Explorer la géographie des histoires de vies c’est explorer la composante spatiale des constructions identitaires, individuelles et collectives ; c’est élargir les horizons.
Les parcours de vie sont liés aux ancrages familiaux, sociaux et au monde physique : les habitations, les quartiers, les villes, les pays d’appartenance et de destinations…Le contexte géopolitique influe aussi notre trajectoire personnelle, familiale, professionnelle, sociale.
A travers la généalogie, quels trajets physiques et psychiques avons-nous réalisés et comment nous sommes-nous construits à travers eux ? Où rêvons-nous nos projets ? Où trouvent-ils un ancrage ?

Objectifs 

Mieux prendre en compte les dimensions spatiales des trajectoires afin de développer la mobilité (psychique et physique) des individus dans leur trajectoire.
Le séminaire explorera :

  • La géographie des existences dans leurs dimensions affective, sociale, historique, culturelle et aussi imaginaire ;
  • Les liens entre le roman familial, la trajectoire sociale et spatiale à travers le repérage des lieux de vie, de l’espace familier et intime aux lieux collectifs ;
  • Les mobilités, les déplacements et les immobilités, les empêchements ;
  • les attachements, imaginaires et réels, les détachements, aux différents âges de la vie ;
  • Les tensions et contradictions, afin de dénouer les nœuds socio-psychiques liés à la trajectoire spatiale ; l’influence du contexte économique et géopolitique, dans nos choix de vie.

Méthodologie

Récits de vie individuels, selon la démarche Roman Familial et Trajectoire sociale afin d’éclairer collectivement la problématique du séminaire. Alternance de travaux créatifs, réflexifs, d’apports théoriques (photographies, supports graphiques, postures corporelles …).

Animation 

Annie Bacquet, psychosociologue clinicienne ;  anime depuis 10 ans des groupes de récits de vie au sein du SFC de l’université de Lille1, de Paris Diderot,  d’écoles de travail social et auprès des professionnels du spectacle vivant ; accompagne des équipes par l’Analyse de Pratiques Professionnelles, supervision. Intervenante dans le cadre de la prévention des RPS

Lise Poirier-Courbet, psychosociologue et sociologue clinicienne, écrivaine, chercheuse affiliée au laboratoire de changement social et politique, Université Paris Diderot.

Publics :

Les personnes confrontées aux souffrances des personnes victimes de violences (objectives ou subjectives, réelles ou symboliques) frappées de stigmatisation, d’illégitimité au sein de la famille ou de la société. Les praticiens aux prises avec l’exclusion et la désinsertion sociale soit en relation directe avec le public, soit en responsabilité (managériale ou politique). Les professionnels de l’accompagnement qui souhaite mieux comprendre les sentiments liés aux déplacements, ascension ou descension sociale et ruptures biographiques.


Formations approfondies

Métiers de l’accompagnement, histoires de vie et Sociologie Clinique

Cette formation, sur deux ans (cycle 1 et 2) , est destinée aux personnes et aux professionnels de l’accompagnement qui souhaitent développer et enrichir leurs pratiques à partir de l’histoire de vie. Elle est animée à la fois par des universitaires et par des praticiens, sociologues cliniciens.
Le champ conceptuel de la sociologie clinique et l’expérience réflexive issue du travail d’implication inspiré de la démarche « Roman familial et trajectoire sociale » sont les piliers de la formation. L’hypothèse principale est la suivante : « l’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet ». Il s’agit de comprendre en quoi l’histoire est agissante en soi. A travers ce cursus de formation, les professionnels développeront leurs capacités à mieux appréhender la complexité des situations, à mettre en œuvre écoute complexe des personnes accompagnées, afin de les aider à « reprendre pied » dans leur trajectoire de vie.

Compétences visées :
• Être en capacité d’éclairer conceptuellement et cliniquement la complexité des pratiques professionnelles en lien avec les métiers de l’accompagnement.
• Élaborer et mettre en œuvre des projets individuels et/ou collectifs dans le champ de l’accompagnement psychologique, sanitaire, social, éducatif… dans le respect des principes théoriques, méthodologiques et éthiques que réclame une telle approche.
• Développer des compétences à l’analyse, à l’argumentation et à l’écriture susceptibles de favoriser une démarche de changement et d’amélioration des pratiques d’accompagnement des usagers.

Contenu et démarche pédagogique :

Les apports méthodologiques, épistémologiques, théoriques et pratiques seront dispensés à partir de supports empruntés à la sociologie clinique, à la recherche biographique, aux courants qui s’en réclament, ainsi qu’à partir des matériaux cliniques apportés par les participants.

L’un des principes de base de cette formation est d’expérimenter l’approche « Roman familial et trajectoire sociale » pour soi, d’en analyser l’éprouvé et de l’utiliser ensuite sur un plan professionnel. L’implication personnelle des participants est donc requise. Le groupe sera également ressource pour l’élaboration du travail d’écriture attendu à l’issue de chaque cycle de formation et pour la mise en œuvre des projets s’inscrivant dans la dynamique des organisations, des institutions où les participants interviennent.

Cycle 1 : Implication et trajectoire socioprofessionnelle.

12 jours en 4 séquences animés par Annie Bacquet et Christophe Niewiadomski.
Dates : 11-12-13 oct/ 29-30 nov et 1er déc 2017/ 24-25-26 janvier/ 14-15-16 mars 2018

Cette première année vise l’appropriation de la démarche Roman familial et Trajectoire Sociale, dans un va et vient permanent entre l’expérience et un travail réflexif, entre théorie et pratique. L’exploration de la trajectoire professionnelle, du rapport au travail, des idéaux et valeurs permettra de travailler l’implication et la posture professionnelles des accompagnants.

L’histoire de la sociologie clinique, ses enjeux épistémologiques et pratiques ; les apports de la sociologie clinique au monde du travail, feront l’objet d’apports spécifiques lors de chaque regroupement, par des intervenants ponctuels (Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pascal Fugier, etc.)

Cycle 2 : Accompagner par les histoires de vie  et la sociologie clinique : Elaboration et mise en œuvre du projet sur le terrain professionnel.

12 jours en 4 séquences animés par Annie Bacquet et Lise Poirier – Courbet.

Dates : démarrage fin 2018 ; dates à déterminer.

De sa conception à sa mise en œuvre, le projet de transposition de la démarche en sociologie clinique sur le terrain professionnel fera l’objet d’une élaboration réflexive à l’occasion de ce deuxième cycle de formation. Un accompagnement par l’Analyse des pratiques effectivement mises en œuvre sur le terrain, permettra d’explorer les écarts, et leur sens, par rapport à l’intention du projet initial et d’identifier des pistes pour les réajustements souhaités. Tout au long de ce processus de transposition, des intervenants ponctuels l’enrichiront de leurs apports théoriques ou pratiques (les pratiques de transposition ; les pratiques d’intervention dans les organisations ; les enjeux cliniques du transfert sur le terrain, etc.)

Validation  

Chaque cycle sera validé par un écrit et à une soutenance devant un jury (voir détails dans descriptif long). A l’issue du cycle 2, un certificat de formation à la pratique de la démarche Histoire de Vie en sociologie clinique dans les métiers de l’accompagnement sera délivré.

Équipe scientifique et pédagogique

Coordination scientifique : cette formation est conçue et dispensée sous le contrôle du comité scientifique du Réseau International de Sociologie Clinique (RISC)

Coordination pédagogique : Annie Bacquet, Christophe Niewiadomski et Lise Poirier Courbet

Effectif

Maximum 12 professionnels (professionnels paramédicaux, médecins, intervenants sociaux, psychothérapeutes, psychologues, coach, …).

Modalités de recrutement

Une rencontre ou au minimum un entretien téléphonique permettra de s’assurer de l’adéquation de la formation avec le projet des candidats.

Déroulement :
Cycle 1 : 12 jours de formation (4 regroupements de trois journées)
Cycle 2 : 12 jours de formation (4 regroupements de trois journées)
Tarifs par Cycle de 12 jours. Individuel : 1800 euros / Entreprise : 2800 euros

Contact administratif :samantha.le.gall@arcencieltheatre.org
Prise de RDV lisepoirier-courbet@orange.fr ou bacquet.annie@wanadoo.fr

Théâtre, Sociologie Clinique et Intervention

Objectifs :
Former dans la perspective de la sociologie clinique à l’utilisation du théâtre dans la recherche, l’intervention et l’action politique ou syndicale.La création théâtrale en groupe à partir de situations vécues permet de développer et mettre en lien :
– un travail réflexif d’analyse de situations conflictuelles dans des situations complexes
– un travail psychique de prise de conscience des enjeux affectifs et émotionnels dans les organisations
– l’élaboration et la mise en œuvre de démarche de changement dans des organisations (institutions, entreprises, associations, ONG…) et dans des réseaux favorisant la mobilisation active des personnes concernées.Chaque module est construit à partir d’apports théoriques, de présentation d’outils, d’exercices pratiques et d’études de cas. Les participants seront invités à mettre en application ces apports dans un projet d’intervention sur un terrain de leur choix.
La démarche s’effectue dans un va et vient permanent entre l’individuel et le collectif, le registre du vécu et celui de l’analyse, le verbal et le non verbal, l’implication et la recherche. Le processus de formation lui-même est porteur de changements à différents niveaux : personnel, groupal et social. Trois approches théâtrales seront enseignées
– Le théâtre forum conçu par Augusto Boal
– Le théâtre institutionnel avec un de ses concepteurs René Badache, en filiation avec le théâtre forum
– L’organidrame (ou organiscope) avec Vincent de Gaulejac dans la filiation du psychodrame émotionnel initié par Max Pagès et les sociodrames mis au point dans le groupes d’implication et de recherche en sociologie clinique.

Déroulement et calendrier :Le cycle proposé se déroulera de mars 2017 à janvier 2018, sur 10 journées.

Une journée de présentation de la démarche : enjeux théoriques, politiques, et pratiques des trois approches (20 mars 2017). Trois modules de 2 jours consacrés à l’appropriation des trois techniques théâtrales :
– Le théâtre Forum (9 et 10 mai 2017)
– L’organidrame (6 et 7 septembre 2017)
– Le théâtre institutionnel (13 et 14 décembre 2017)

Une journée sur les conditions d’application des démarches (17 janvier 2018). Deux journées intercalées entre les modules consacrées à la mise en pratique et à l’accompagnement du projet d’intervention (14 juin et 12 octobre 2017).

Animation : 

L’ensemble de la formation sera animée par
– René Badache : Militant de l’Éducation populaire. Membre de l’équipe historique du théâtre de l’opprimé (1981/1990), co-fondateur d’Arc en Ciel Théâtre, Sociologue clinicien et psychosociologue (co-fondateur du RISC et membre du CIRFIP). Intervient régulièrement en milieux ouverts et dans les organisations avec la méthode du Théâtre Institutionnel.

– Vincent de Gaulejac : Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, président fondateur du RISC (réseau international de sociologie clinique) auteur d’une quinzaine d’ouvrages, il intervient régulièrement dans des organisations publiques et privées sur la résolution des conflits et l’accompagnement du changement.

Publics
Intervenants, coach, consultants internes et externes, professionnels de la relation,
Professionnels du théâtre impliqués dans l’éducation populaire et la recherche-action
Chercheurs en sciences sociales
Militants politiques, associatifs et syndicaux
Travailleurs sociaux, éducateurs, animateurs engagés dans des projets de changement
Salariés et cadres des Institutions et des entreprises engagés dans des projets de changement

Tarifs :
Institutionnels : 1 960 €
Participants individuels : 980€
Chômeurs étudiants : 490 €

Bibliographie

René Badache
• Le monde du « NTM » ! Le sens caché de l’injure rituelle, Revue Agora Débats/Jeunesses, N°2, 1995
• « La crise, quelle crise ? » Revue internationale de psychosociologie, La scène sociale : Crise, mutation, émergence, vol. IV, n°9, Editions ESKA, Paris, 1998 (avec Chassergue V et Guerre Y).
• Jeux de drôles, Jeunes et société : quand le théâtre transforme la violence, La Découverte, Paris 2002.
• Qu’est-ce qu’on veut vraiment ? De l’expérience du théâtre-forum en prison, Revue Toxibase n°10, juin 2003
• Éloge de la familiarité, revue Politis, hors série n° 44, septembre 2006, Éducation Populaire : un bel avenir.
• Le rosier arrosé, point de vue n° 16, site du CIRFIP, 10 mars 2013.
• De l’improvisation à l’écriture. Utilisation de l’écriture dans la méthode du théâtre institutionnel, revue VIE SOCIALE N° 9, 2015

Vincent de Gaulejac
• La Lutte des places, en collaboration avec Frédéric Blondel et I. Taboada Leonetti, Desclée de Brouwer, 1994, rééd.2014
• La Sociologie clinique, enjeux théoriques et méthodologiques (avec F. Hanique et P. Roche, ouvrage collectif) Érès, 2007
• La société malade de la gestion, Collection Points Économie, 2009, rééd. 2014
• Travail, les raisons de la colère, Collection Points Économie, 2011, rééd. 2014
• Manifeste pour sortir du mal être au travail, Desclée de Brouwer, 2012
• Le capitalisme paradoxant, un système qui rend fou, avec Fabienne Hanique, Seuil, 2015

Note: 
The seminars presented in the program are held in French in France. For activities in other languages and places, please consult the section dedicated to « Activités internationales » (international activities).

Programme 2016-2017
Inscription en ligne


Sociología clínica – Capacitación, Investigación, Intervención

Nota:

Los seminarios presentados en el programa son coordinados en francés y en Francia. Para las actividades en español o en otros idiomas y otros lugares, remitirse por favor al apartado « Activités internationales » (Actividades internacionales).

Programa de Capacitación e Investigación y Capacitaciones avanzadas

La sociología clínica

Según la sociología clínica, los fenómenos sociales no pueden ser “totalmente” aprehendidos si no se toma en cuenta y se integra la manera en que los individuos los viven, se los representan, los asimilan y contribuyen a reproducirlos. Este enfoque busca estar a la escucha del sujeto, cerca de lo real en su registro afectivo y existencial, atento a las problemáticas inconscientes individuales y colectivas. Se interesa por los fenómenos sociales e institucionales en su dimensión racional pero también imaginaria, pulsional o simbólica. Desarrolla un análisis dialéctico entre objetividad y subjetividad, racionalidad e irracionalidad, entre el peso de los contextos sociales históricos y la capacidad de los individuos para ser creadores de historia. Busca identificar y desenredar los nudos complejos entre los determinismos sociales y los determinismos psíquicos, en las conductas de los individuos o de los grupos.

Los grupos de implicación e investigación

El individuo es producto de una historia de la que intenta convertirse en sujeto. A partir de esta hipótesis central, los Grupos de implicación e investigación (GIR, por su sigla en francés) proponen un trabajo que es al mismo tiempo personal (entender para sí mismo) y teórico (entender procesos). Se proponen diferentes temáticas para profundizar en el conocimiento de los múltiples determinismos (sociales, familiares, afectivos, sexuales) que condicionan el destino de los humanos y que llevan a cada individuo a cobrar existencia como sujeto frente a los conflictos y contradicciones que encuentra en su vida. Los GIR permiten a los participantes entender mejor en qué aspectos la historia actúa sobre ellos a través del análisis de los nudos sociopsíquicos que influencian su trama. Nuestras capacitaciones son prácticas y teóricas a la vez. Están abiertas a toda persona involucrada en un trabajo de reflexión sobre su propia vida. También están abiertas a los investigadores y profesionales que deseen profundizar sus competencias desde esta doble perspectiva del análisis sociológico y el acercamiento clínico.

Programme 2016-2017
Inscription en ligne

Evénements à venir - Upcoming events - Próximos eventos

Activités internationales - International activities - Actividades internacionales

En Argentine

flag-ar

En Belgique

flag-be

Au Brésil

flag-br

Au Canada

flag-ca

Au Chili

flag-cl

En Colombie

flag-co

En Espagne

flag-es

En France

flag-fr

En Haïti

flag-ht

Au Mexique

flag-mx

En Russie

flag-ru

En Suisse

flag-ch

En Turquie

flag-tr

En Uruguay

flag-uy

Publications & communications - Publicacions y comunicaciones

Actes du colloque fondateur du Réseau International de Sociologie Clinique

Accéder aux actes en ligne – Online access to the conference proceedings – Acceder a las actas del coloquio online

Collection Clinique & Changement social (L’Harmattan)

http://lcsp.univ-paris-diderot.fr/Collection-Changement-Social-438

Collection Sociologie Clinique (érès)

http://www.editions-eres.com/resultats_collections.php?COLLECTION=129

Sociología clínica (Sapere Aude)

http://editorialsapereaude.com/materia/sociologia-clinica/


Publications récentes – Recent publications -Publicaciones recientes

Agnès Vandevelde-Rougale, La novlangue managériale. Emprise et résistance, Toulouse, ERES, 2017. [Lien vers l’éditeur]

Sophie Hamisultane, Trouble dans l’interculturalité, Paris, L’Harmattan, 2017. [Lien vers l’éditeur]


Yves Grasset, Nourrir le collectif, Paris, L’Harmattan, 2017 [Lien vers l’éditeur]

grasset

Ophélia Avron, L’émotion source de connaissance, préface de Florence Giust-Desprairies, postface de René Kaës, Paris, L’Harmattan, 2017 [Lien vers l’éditeur]

avron


Mireille Cifali, Florence Giust-Desprairies, Thomas Périlleux (sous la direction de), Processus de création et processus cliniques, Paris, PUF, 2015.[Lien vers l’éditeur]

processus de création


Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné, Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2015. [Lien vers l’éditeur]

management désincarné

Lise Poirier-Courbet, Vivre après un viol. Chemins de reconstruction, Paris, éditions érès, 2015. [Lien vers l’éditeur]

vivre après un viol


Gilles Arnaud et Pascal Fugier (sous la direction de), Sociologie & psychanalyse. De l’échange de vues à la transformation du regard, Collection Clinique et changement social, volume 20, L’Harmattan, 2015[lien vers l’éditeur]

sociologie et psychanalyse-20

Gilles Arnaud et Pascal Fugier (sous la direction de), Sociologie & psychanalyse. Quelle praxis, quelle clinique ?, Collection Clinique et changement social, volume 21, L’Harmattan, 2015[lien vers l’éditeur]

sociologie et psychanalyse-21


René Kaës, Philippe Héry, Denis Hirsch, Philippe Robert, et al., Crises et traumas à l’épreuve du temps, Paris, Dunod, 2015 [lien vers l’éditeur]

Crises et traumas à l'épreuve du temps

Florence Giust-Desprairies, Cédric Faure, Figures de l’imaginaire contemporain, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2015 [lien vers l’éditeur]

Figures de l'imaginaire contemporain


Florence Giust-Desprairies et André Lévy (sous la direction de), L’évènement, accident ou promesse ?, Nouvelle revue de psychsociologie, n°19, Paris, Editions Erès, Printemps 2015.

L'évènement accident ou promesse

Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Le capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Paris, Seuil, 2015. [Lien vers l’éditeur]

Le capitalisme paradoxant

Médias

Podcasts

Contact - Contacto

TOP